Du texte au choréotexte: la démarche scientifique du projet Magri

“La démarche : pour une herméneutique appliquée” in L’action dans le texte. Pour une approche herméneutique du Trattato teorico-prattico di Ballo (1779) de G. Magri (CN D, Pantin, 2018), p. 41-47.

« Mon courtois lecteur fera attention à ce que les idées de la danse, comme elles sont enfermées dans l’entendement humain, bien qu’on puisse les concevoir, elles peuvent de même être mal présentées, ou mal comprises par celui qui entame sa lecture troublé et agité par la passion tyrannique d’un parti pris[1]. »


Dans ce passage, Magri s’adresse au mystérieux Francesco Sgai, le nom qui signe la critique de son Trattato. Toutefois, ces remarques figurent comme un avertissement s’adressant à tout lecteur et elles soulignent les dangers des préjugés lorsqu’on aborde la lecture. En effet « les idées de la danse » que Magri s’apprête à exposer pourraient être « mal présentées » par celui qui les explique ou « mal comprises par celui qui entame sa lecture troublé et agité par la passion tyrannique d’un parti pris ». En mettant en exergue les possibilités d’une défaillance dans l’exposition de l’auteur autant que d’une interprétation erronée de la part du lecteur, Magri se montre conscient de la responsabilité conférée au texte chargé de transmettre des contenus de façon fidèle et authentique. Ce passage souligne ainsi les problèmes liés à la relation qui s’instaure entre les intentions de l’auteur, l’interprétation du lecteur et le texte qui est censé traduire en mots l’action de la danse. Bref, il met en exergue les trois éléments de la sémiosis, qui, comme le rappelle Umberto Eco en citant Peirce, est « une action ou influence qui est, ou implique, une coopération de trois sujets, le signe, son objet et son interprétant, telle que cette influence relative ne puisse en aucune façon se résoudre en des actions entre couples[2] ».

Les préoccupations de Magri ne sont pas loin des nôtres : dans quelle mesure ce texte verbal peut-il nous transmettre de façon authentique les idées de l’auteur ? Quels sont les obstacles à l’interprétation et les limites de l’interprétant ? Quels procédés devons-nous adopter pour actualiser un objet absent en tenant compte de ce triangle d’influences ? Conscients de la responsabilité morale de notre projet – une « interprétation cinétique » -, il s’agissait pour nous de nous interroger sur les possibilités et les limites dans l’interprétation du texte en développant un protocole de travail visant l’expérimentation d’une méthode scientifique d’analyse à partir de la relation entre trois éléments : le texte et ce qu’il nous dit ou ce qu’il ne dit pas de l’action, le monde de l’auteur avec sa perspective et ses références culturelles, l’interprétant avec la part de subjectivité de ses connaissances théoriques et cinétiques.

Le projet d’une « interprétation cinétique » du Trattato consiste en une double traduction : « intralinguistique », d’un système linguistique à l’autre et « intersémiotique », c’est-à-dire la mise en action des descriptions verbales en données visuelles. Notre première source a donc été le texte verbal, ce que j’ai appelé le « logotexte » à partir duquel notre objectif était de retrouver le « choréotexte », à savoir le tissu en mouvement engagé par le danseur lorsqu’il met en action l’écriture chorégraphique[3].

Dans le passage entre le logotexte et le choréotexte, un élément essentiel à prendre en compte est le caractère éphémère du mouvement[4]. Dans quelle mesure est-il possible d’atteindre le choréotexte, c’est à dire l’action, à partir de sa description verbale ?

 En effet, la première difficulté de notre travail était le fait inévitable que l’acte performatif d’un pas que nous allions interpréter ne pouvait qu’être une hypothèse en raison de l’unicité de son existence. Comment pouvons-nous dissocier l’identité d’un pas de la contingence de son exécution ? Pouvons-nous définir les éléments « fixes » d’un mouvement au-delà des variables qui interviennent inévitablement lorsque il est exécuté ? La question concerne toute performance : il s’agit de l’écart entre l’idée (écrite ou pensée) et l’interprétation, à savoir la mise en action de celle-ci. Dans la musique par exemple, lorsqu’on joue les notes « do-mi-sol » avec quel qu’instrument que ce soit, les notes resteront toujours « do-mi-sol » et, malgré l’unicité de son existence due à l’interprétation, cette séquence faite de trois sons issus d’un nombre donné de vibrations et placés à une distance précise nous permet de reconnaître l’accord du do. Pouvons-nous en faire autant dans la danse ? Dans le domaine de la linguistique, Saussure observe que, malgré les variations phonétiques ou sémantiques de l’acte linguistique, malgré leur unicité et leur non répétabilité, on peut reconnaître « les expressions d’un même signe[5] ». On peut dire de même pour la danse : en effet si j’exécute un port de bras, malgré l’unicité de son existence (je ne pourrai pas le répéter parfaitement à l’identique), ce port de bras peut être reconnu comme un signe précis et spécifique du langage chorégraphique et il peut ainsi être codifié et répété, sinon à l’identique, en tout cas en tant qu’expression d’un port de bras.

Ainsi, tout en reconnaissant l’impossibilité de trouver les pas tels que Magri pouvait les exécuter, notre objectif était de retrouver ce « même signe » dont les différentes interprétations pouvaient être l’expression. Il s’agit d’un signe inexistant, idéal, virtuel car sans écriture la danse est immanente à son interprète et chaque pas est unique ; toutefois il est bien l’expression d’un signe virtuel et un battement tendu, exécuté par un danseur étoile ou un amateur reste toujours un battement tendu : même mal interprété (comme pourrait l’être un accord de do dans un piano mal accordé) nous pouvons reconnaître l’expression du même signe. Ainsi, afin de trouver ce même signe absent, notre point de départ a été la recherche des « formes possibles de ses expressions ». En d’autres mots, notre étude s’est focalisée non pas sur les pas de danse en ce qu’ils étaient, mais en ce qu’ils pouvaient être. Cette dimension d’état en puissance a été le fondement théorique pour dépasser leur absence : elle présuppose de penser l’action, décrite par les mots, dans « sa virtualité » à savoir dans l’éventail limité de ses possibilités d’actualisation.

Pour cela, nous avons appuyé notre démarche de recherche sur l’abduction, à savoir une forme d’inférence d’un cas (les pas de Magri) à partir des règles (les descriptions données par Magri en premier, mais aussi d’autres sources censées nous renseigner sur les usages de l’époque) et des résultats (les différentes interprétations de ces descriptions). Ainsi faisant, à partir du logotexte nous avons d’abord cherché les possibles formes incarnées d’un pas, en multipliant les interprétants et les expérimentations afin de retrouver à travers une sorte de « matrice », le modèle virtuel du mouvement. Les différentes interprétations représentaient ainsi des « exotypes » de ce modèle paradigmatique (le pas de Magri), nous menant à notre inconnu « x », le signe absent, le pas que Magri décrit.

Le texte comme une partition ?

« Je n’ajouterai pas de signes de chorégraphie : j’expliquerai largement, sans mettre sous les yeux une quantité de chiffres qui apporteront plus de confusion qu’autre chose. Ces signes ne suffisent pas pour indiquer tous les mouvements que l’on fait dans un pas, mais ils considèrent seulement de quelle position les pas commencent et finissent. Je ferai cela avec clartéet j’espère que l’on en retirera le profit souhaité[6]. »


Dans un souci de clarté et en soulignant la défaillance des signes chorégraphiques de Feuillet en usage à l’époque, Magri choisit le langage verbal pour fournir une description détaillée des pas à exécuter. Quel est le statut de ces descriptions ? Nous les avons considérées comme une sorte de « notation verbale de l’action » censée nous transmettre le mouvement : au même titre que certaines didascalies, les descriptions de Magri ont un caractère prescriptif, mais leur fonction est double : elles développent verbalement ce qui serait exprimé par une partition et elles tentent également d’expliciter ce qui demeurerait implicite dans celle-ci. En utilisant la parole, Magri vise idéalement à atteindre l’exhaustivité ; toutefois entre la parole et l’action, tout comme entre la partition et son exécution, il demeure un espace variable non univoque. Dans notre analyse herméneutique, il s’agissait d’une part de bien comprendre la « notation verbale » de Magri, d’identifier correctement la distance entre les deux langages (verbal et chorégraphiques) en prenant en compte toute une série de difficultés inhérentes au texte telles que les passages obscures et les vides dans les explications ; et d’autre part de considérer les limites de l’interprétation et les obstacles liés à la subjectivité de l’interprétant. Ainsi, dans l’élaboration de notre méthode, nous avons considéré en particulier trois éléments comme il suit :

1) L’entropie du sens.

Lorsqu’on remplace un énoncé écrit par un énoncé équivalent dans une autre langue, on assiste inévitablement à des micro-pertes de sens[7]. C’est l’un des effets collatéraux de la traduction auxquels nous avons dû faire face lorsque nous avons traduit en français le texte italien de Magri. Et lorsqu’on tente de traduire un texte verbal en action, les pertes peuvent être encore plus importantes. Dans le projet d’une compréhension authentique du texte de Magri, identifier ces pertes, que j’ai désignées avec le terme d’« entropie[8] », était essentiel.

Dans le passage du logotexte au choréotexte on peut identifier deux typologies d’entropie : la première, que l’on peut appeler « naturelle », est liée à l’unicité de l’acte performatif et à son caractère éphémère. La deuxième, celle qui nous intéressait, est causée par des « vides » plus ou moins importants dans le logotexte[9] en particulier :

a) les mots « aveugles », c’est à dire les signifiants qui n’ont pas de signifiés clairement déterminés, comme par exemple « la polpa del piede », « la vita », « sotto al corpo ».

b) La syntaxe obscure de Magri, avec des tournures compliquées, l’utilisation d’un gérondif qui rend difficile la compréhension ou l’exécution rythmique des séquences.

c) Les lacunes du texte qui comprennent des incohérences, voire des impasses où certains passages du mouvement ne sont pas explicités et laissent une place importante à l’interprétation.

Nous avons constaté que ces « vides » dans les explications correspondent le plus souvent à un éventail limité de possibilités et qu’elles donnent lieu à un nombre limité d’hypothèses. Ainsi, au lieu de faire l’objet d’une négociation[10] qui peut comporter des effets d’« hyper-traduction » lorsqu’on enrichit le choréotexte d’arrivée, ou d’« hypo-traduction » lorsqu’on simplifie le logotexte, nous avons choisi de traiter ces pertes de sens en mettant au clair toutes les possibilités d’interprétation, même les moins probables pour ensuite mettre celles-ci à l’épreuve de plusieurs phases de vérification afin d’arriver à cerner la ou les solutions. Pour cela, nous avons développé et appliqué un protocole de recherche expérimental (voir plus loin, protocole de recherche) afin de rendre visible le cheminement de notre recherche et de pouvoir éventuellement modifier les données et les résultats au fur et à mesure que notre recherche avançait.

2) La compétence du traducteur.

La lisibilité des explications de Magri dépend premièrement d’une compréhension fine de sa langue car notre point de départ pour atteindre l’action dans sa virtualité est la parole. La structure hypotaxique de ses phrases (très longues avec l’enchaînement des subordonnées où le gérondif occupe une place importante) est ponctuée d’un lexique parfois obscur. Cela a rendu nécessaire un travail préalable de traduction scientifique avec la contribution de traducteurs spécialisés et le recours aux sources de l’époque.

Cette compréhension est indissociable d’un recour à ce que Lotman appelle la « sémiosphère » : à savoir l’ensemble des références culturelles que le texte partage avec ses destinataires. Cela implique l’étude du Trattato à l’intérieur de son contexte culturel et le traitement des pas dans le cadre de la koiné choréique de l’époque avec l’intégration d’un travail comparatif des sources de Magri (en particulier Feuillet, Rameau et Dufort), mais également d’autres sources de l’époque (Taubert, Ferrère jusqu’à Blasis).

C’est pour répondre à ces exigences méthodologiques que nous avons choisi de travailler avec une équipe interdisciplinaire où l’expertise de chacun a permis de mettre continuellement à l’épreuve les hypothèses et de nourrir les expérimentations.

3) La subjectivité du chercheur-danseur interprétant.

Dans les sciences de la nature, il existerait une distance entre l’observateur et l’objet censé garantir « l’objectivité » de l’observation. Dans les sciences humaines, cette distance est absente : lorsqu’un lecteur aborde un texte, il le fait avec un filtre qui lui est propre, formé de ses connaissances, ses valeurs, ses préjugés. Comment réduire les dangers de ce filtre ? Comment éviter d’aborder la lecture des pas de Magri en cherchant à faire coller une théorie ou un savoir-faire préalables ? Nous avons fait face à cet obstacle dès le début de notre recherche, avec le pas de Marseglia, à savoir le pas de Monsieur de Marcel célèbre maître à danser parisien. Magri explique :

« On se place en cinquième au sol, on se relève sur les pointes des pieds, on appuie à nouveau les plantes des pieds à plat sur le sol et, en relevant une nouvelle fois, on pose les pieds de nouveau comme auparavant et ainsi en faisant pendant trois fois, on aura fait le pas de Marseglia.Quand on pose pour la première fois les plantes des pieds au sol, on peut aussi plier les genoux, alors le pas gagne en prix ; les deux autres fois non certes pas, autrement ce serait un plié et relevé[11]. »

L’explication ne semble pas laisser de place aux doutes : Magri prescrit que l’on se relève d’abord sur les pointes des pieds. Toutefois, cela a provoqué une discussion animée au sein de notre équipe car à la première lecture, un des danseurs présents avait interprété ce pas comme il était connu par le biais d’autres textes, à savoir en inversant les mouvement de relevé-plié. On a constaté ainsi que malgré le caractère univoque de l’explication, les interprétations subjectives pouvaient être en désaccord. Car dans le passage du verbal au visuel, le corps de l’interprétant peut avoir la tendance à devancer la traduction/interprétation et à compléter les vides avec un savoir-faire qui lui est propre en donnant au mouvement un sens qui lui est familier, même si parfois ce sens s’éloigne de ce que le logotexte désigne. Afin de réduire les dangers provenant de la subjectivité de l’observateur, nous avons ainsi opté pour un travail collectif fondé sur la confrontation entre plusieurs interprétations faites par différents interprétants ayant une formation et un bagage culturel varié : sur les quatre danseurs professionnels de l’équipe, deux hommes et deux femmes, deux étaient d’origine italienne et deux d’origine française. La multiplication des interprétants possédant un bagage culturel différent avait ainsi pour but de mettre en lumière les effets déformants qui pouvaient échapper à un seul interprétant. Chaque pas a fait l’objet de plusieurs interprétations et d’un dialogue entre les spécialistes qui ont ainsi eu l’opportunité d’observer la présence d’éléments dérivant de la subjectivité du danseur et pouvant déformer les intentions de l’auteur.

A. B. Fabbricatore, L’action dans le texte. Pour une approche herméneutique du Trattato teorico-prattico di Ballo (1779) de G. Magri.


[1] Gennaro Magri, Trattato teorico-prattico del ballo (1779), édition d’Arianna B. Fabbricatore avec une introduction, Labex Obvil, Sorbonne Université, 2018 http://obvil.paris-sorbonne.fr/corpus/danse/. (1ère éd. Naples, Vincenzo Orsino, 1779. BnF Opéra, C3362. Texte original consultable en ligne, sur le site de la Library of Congress di Washington), « Avertissement », [13].

[2] Umberto Eco, Sémiotique et philosophie du langage, Paris, PUF, 1988 (1ère éd. 1984). La philosophie herméneutique souligne le fait que notre contact avec le monde passe par le langage et que toute connaissance est une interprétation à travers ce filtre dont nous avons hérité. (Voir en particulier Hans Georges Gadamer, Vérité et méthode, 1960) Nous parlons du monde à travers notre langage, notre perspective, nos connaissances et cela vaut autant pour Magri que pour nous qui le lisons.

[3] Les néologismes « logotexte » et « choréotexte » sont employés ici pour désigner la relation entre le texte verbal et l’action décrite. Le « choréotexte » se fonde sur l’idée que la notion de texte (considéré comme une unité discursive dont la « matérialité », ou « substance », peut varier selon le langage employé) peut être appliquée non seulement aux messages de nature verbale, mais encore aux « tissus » d’autre nature : iconographique, chorégraphique, musicale etc. Ainsi, le terme « choréotexte » désigne le tissu de l’écriture chorégraphique et correspond à la traduction intersémiotique du « logotexte », à savoir le texte verbal qui décrit l’action dansée. Cf. Arianna Fabbricatore, Angiolini, Noverre et la « Querelle des Pantomimes », op. cit., Partie II, « Écrire l’éphémère », p. 233-314.

[4] J’ai exposé ces idées lors de mon introduction à la journée d’études « Étudier l’éphémère : la danse comique, grotesque et pantomime », Pantin, Centre national de la danse, 22 octobre 2015. J’ai pu développer ces idées sur la notion d’identité du choréotexte au-delà des variations individuelles de l’acte performatif lors du colloque « Observer le théâtre, pour une nouvelle épistémologie des spectacles » dont les actes sont à paraître en 2019 aux Presses universitaires de Bordeaux, sous le titre « Penser l’œuvre en mouvement : éléments pour une herméneutique appliquée du spectacle ».

[5] Voir Ferdinand Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, coll. « Grande bibliothèque Payot », 1995 (1re éd. 1916).

[6] Gennaro Magri, op. cit., XVIII [3].

[7] Sur ces enjeux, voir au moins Umberto Eco, Dire presque la même chose. Expériences de traduction, Paris, Grasset, 2007.

[8] Introduit en thermodynamique pour indiquer le degré de perte de chaleur d’un corps et employé dans d’autres domaines, j’ai appliqué le terme entropie dans ce domaine pour identifier le phénomène de perte ou de transformation généré par les opérations de traduction intersémiotique.

[9] Je souligne que cette entropie concernant le logotexte, est applicable également à tout texte écrit : même une partition musicale présente en puissance un degré d’entropie variable que le compositeur tente de réduire avec des indications pour l’exécution (« adagio », « forte » etc.), mais qui demeure dans le texte et qui permets justement que le texte musical soit interprété différemment.

[10] Cf. Umberto Eco, op. cit.

[11] Gennaro Magri, op. cit., XIII [1]. C’est nous qui soulignons.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.